APRI_NewVoici dans cette lettre info des nouvelles des différents projets que l’APRI soutient actuellement.

Echos des animations de nutrition (à Copargo au Bénin)
Sr Sylvie Marie continue l’animation dans les villages. Voici des extraits de son rapport d’animation : « Cette année, il n’y a pas eu de malnutrition sévère mais nous avons été marquées par la mort à l’accouchement de jeunes mamans entre 24 et 30 ans. Nous nous sommes retrouvées avec 5 enfants orphelins que nous avons nourris avec le lait de 1er âge. Cette situation est dû au fait que des femmes accouchent dans les maisons avec l’aide de vieilles femmes. Elles n’ont pas les moyens pour intervenir en cas d’hémorragie et les dispensaires sont souvent éloignés.
Je souhaite travailler avec les vieilles femmes qui accouchent dans les villages en vue qu’elles puissent recevoir un minimum de formation. Cela supposerait de cheminer aussi avec le médecin de la commune. Ces vieilles femmes, proches des mamans, peuvent avoir leur place si elles ont un minimum de formation ».
Depuis 2012, APRI soutien ce projet. L’association a versé 1500 euros en vue des activités pour 2016.

Groupement de jardiniers (à Babayaka au Bénin)
Babayaka est situé sur la commune de Copargo. Pour rejoindre ce village, il faut quitter la voie principale et faire 8 km de piste. Sr Clémence a rencontré des jardiniers qui lui ont parlé de leur travail et de leur désir d’améliorer leur condition de travail et de vie avec leur famille. Ils sont environ 25 qui font du maraichage depuis plusieurs années. Ils cultivent la canne à sucre, le piment, l’amarante…
Ils ont le projet de former un groupement de maraichers pour mettre en commun leurs expériences et chercher des moyens pour se former, acquérir des outils de jardinage, des graines et améliorer la commercialisation.
APRI a décidé de les encourager avec une avance de 500 euros en attendant de trouver un financeur.

La moto, outils indispensable en rural pour la mission (Copargo au Bénin)
La mission des Sœurs du prieuré de Copargo s’étend dans plusieurs villages pour diverses activités :
–    L’animation de sessions de sensibilisation, de formation, pour les femmes.
–    Les micros-crédit annuel, à des femmes réunies en groupement, ceux-ci permettent aux femmes d’améliorer leurs activités rémunératrices.
–    Tous les jours, pour les activités de nutrition auprès des enfants, elles ont besoin de deux motos pour rejoindre les mamans dans les villages. Les pistes étant trop mauvaises pour se remorquer.
–    L’accompagnement plus précis, de groupes de femmes, qui désirent apprendre un peu de tricot, et un groupe d’hommes pour le  jardinage.
Pour continuer cette mission dans les villages, les Sœurs auraient besoin d’une nouvelle moto, les leurs étant « fatiguées, elles tombent souvent en panne ». L’APRI recherche des personnes pour financer au moins une moto (672 euros).

Projet BIRNI (Bénin)
Frère Bonaventure nous présente l’historique du projet, sa situation géographique et sociale de la région, en indiquant la présence de plus en plus forte du monde musulman et de sa radicalisation depuis l’arrivée d’un nouvel imam. Cependant, l’un d’entre eux a fait un don  de 30 ha pour la ferme.
L’association  AFJAR (Association pour la Formation des Jeunes Adultes Ruraux). Trois frères sont membres de droit + 3 membres laïcs et Sr Colette. Ce sont les frères qui «portent» le projet. Mais peu à peu les laïcs se forment.
La ferme école essaie d’être une vitrine du métier d’agriculteur pour montrer  qu’il peut être source d’épanouissement.
Caritas Bénin a aidé pour le forage et accompagne ce projet ainsi que le suivi des 18 groupements où les frères sont également investis.
APRI cherche à voir comment financer ce projet sur la durée. Elle avance 1 500€ afin que la formation se réalise. Un besoin urgent se fait sentir pour cette ferme école. Elle est tout à fait dans la pédagogie en alliant la pratique et la théorie. Elle est porteuse d’avenir pour les jeunes de cette région. Un besoin urgent se fait sentir pour cette ferme-école
Une demande de financement du projet de formation a été faite auprès de l’Agence de Microprojet en France, malheureusement non concluante.

Projets Pama (Burkina- Faso)
Les sacs plastiques
Commencé en 2008 avec la JEC (Jeunesse Etudiante Chrétienne), dans le cadre d’une réflexion sur la protection de l’environnement.
Une association s’est constituée. Il y a eu une forte mobilisation, autour du frère Sébastien, pour le ramassage des plastiques. Cependant la transformation des déchets nécessite un acheminement vers Ouagadougou : trop éloigné ! C’est avec regret que les déchets ont été brûlés sur place.
Quel avenir pour ce projet ?

L’alphabétisation
Il s’agit d’une formation intensive sur 4 mois, en langue maternelle. Cela fait 450 apprenants répartis sur 15 centres. Malgré la résiliation du financement par l’Etat, l’alphabétisation a pu continuer grâce, en partie, au soutien du village de La Cluza à raison de 3 000€ par an.
Un bureau s’est constitué, ce qui fait que le projet ne repose pas seulement sur un frère. Cependant  le prieuré n’est pas rémunéré pour son action. Une recherche de financeurs est par conséquent nécessaire.

VIH sida
Frère Augustin est investi sur cette action qui s’est élargie au paludisme et à la tuberculose. Depuis 2012 le  fonds mondial de la santé a arrêté son soutien sur l’ensemble du territoire.
Aujourd’hui 28 personnes bénéficient de rencontres entre eux et avec les médecins et infirmiers, animées par le frère Augustin. C’est un lieu de parole et de soutien spirituel !
Un projet écrit doit être actualisé pour le présenter à des financeurs qui s’intéressent à la question santé.

Projet Sokounon (Bénin)
Après la peste porcine, les frères veulent recommencer la production en protégeant le site et en achetant des truies et verrats.
Un projet est présenté. Un financement de 10 770 € est recherché. Une avance de 1 500 € est faite par APRI.

A notre dernière rencontre nous avons bénéficié de la présence des frères Pierre, Luc, Sébastien, Bonaventure, Pierre Benjamin et Augustin et de sœur Colette, venus pour les chapitres des Frères et des Sœurs. Ils nous ont présenté leur quotidien, source d’enrichissement mutuel.
Bonnes fêtes de Noël et de Nouvel An.

Frère Thomas BOENA, président, Virginie LUROIS, secrétaire, Sylvie GIBIER, trésorière.

Catégories : ActualitéLettres info

1 commentaire

Bonaventure · 10/12/2015 à 12 h 51 min

Merci à APPRI pour tout ce quelle fait pour le bien des plus démunis

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :