Les sœurs présentes depuis 2000, en proximité avec la population et spécialement les femmes, rencontrent des besoins importants dans le domaine de la malnutrition des enfants de 0 à 5 ans et du planning familial.
La commune de Copargo regroupe 50 villages. Les centres de santé les plus proches desservent 26 villages. 4 villages, distants de 15 à 29 kms des centres de santé, ont retenu l’attention des sœurs : les conditions socio-sanitaires y sont très déplorables. L’accessibilité aux centres de santé est très difficile. Le manque de moyens financiers explique mieux le fait qu’ils soient laissés dans l’ignorance, au mépris de toute règle d’hygiène. Leur situation sanitaire peut se résumer ainsi :
– La malnutrition protéino-énergétique est le lot quotidien du village, d’autant plus chez les enfants de 0 à 5 ans : beaucoup d’enfants émaciés, apathiques, ventre ballonné, cheveux roux et cassants, visage lunaire.
– Beaucoup de diarrhées déshydratantes, avec ses conséquences dramatiques, liées à l’accès difficile à l’eau potable et au manque d’hygiène élémentaire dans les villages.
– Des affections courantes, en ordre d’importance : paludisme, malnutrition, morsures de serpents, diarrhées parasitaires, infections respiratoires aigues.
– Beaucoup de besoins en planning familial : il n’est pas rare de rencontrer un homme ayant 2-3 ou 4-5 femmes avec au moins 10 à 20 enfants.
Face à cette situation alarmante, le groupement des femmes a saisi, par le biais des autorités locales, les Sœurs des Campagnes, qui ont déjà réalisé en partenariat avec l’ONG BORN FONDEN un projet nutritionnel. Comme il arrive à son terme, les femmes demandent de continuer les activités afin de pallier au vide existant :
– Séances d’information, 2 fois par mois, échanges sur la malnutrition, l’hygiène, le paludisme, une planification familiale, la vie de couple
– Fabrication de farine améliorée : apprendre à déterminer et mesurer les quantités de différents produits à mélanger, pour que les femmes puissent la réaliser chez elles.
– Pesée des bébés, 2 fois par mois pour suivre la courbe de croissance et apprécier la santé de l’enfant.
Le projet se déroule de janvier à juin le plus possible en présence des infirmiers du centre de santé. C’est un projet de longue haleine qui pourra être renouvelé sur plusieurs années et peut-être avec d’autres villages. Le besoin en financement extérieur se situe autour de 1600 € pour une année.

Pour en savoir plus sur la communauté des Soeurs des Campagnes de Copargo : prieuré de Copargo

Catégories : Bénin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :